Accueil du site > Patrimoines > Chronique des découvertes > Épisode 7 : les découvertes issues du diagnostic à Flins/Les Mureaux (suite (...)

Épisode 7 : les découvertes issues du diagnostic à Flins/Les Mureaux (suite 2)

À l’âge du Bronze (2 200 à 800 avant J.-C.) et à l’âge du Fer (800 à 52 avant J.-C.), il y avait…

… de rares vestiges d’un habitat pour l’âge du Bronze et plusieurs habitats protégés par des enclos pour l’âge du Fer.

Plusieurs millénaires après l’apparition de l’agriculture, l’utilisation du métal (le cuivre, puis le bronze et enfin le fer) va amener des changements importants dans les sociétés agro-pastorales issues du Néolithique. En effet, le métal va permettre la fabrication d’outils plus efficaces, mais aussi d’objets rares et précieux, marqueurs de prestige, tels que de l’armement (épées, haches) ou de la parure (fibules, bracelets). Dès l’âge du Bronze, cette avancée technique est accompagnée du renforcement de la place des élites au sein des populations (aristocratie). Le métal va ainsi permettre l’évolution de l’agriculture en facilitant la production et entraîner, progressivement, la transformation du paysage agraire.

JPEG - 612.4 ko
Chronologie des découvertes : les âges des Métaux.

Les occupations découvertes à Flins-sur-Seine et aux Mureaux se répartissent sur plusieurs hectares et se situent de 40 cm à 1 m de profondeur sous la surface du sol actuel. Bien que peu nombreuses, les traces d’installations humaines de l’âge du Bronze sont à remarquer étant donné leur rareté dans les Yvelines.



À l’âge du Bronze moyen et final (1 600 à 800 avant J.-C.)…

▪ Des vestiges d’un habitat inédits dans les Yvelines…

JPEG - 236.3 ko
Un lambeau de sol : vase et peson en terre cuite, os d’animaux, silex, tous découverts à plat sur un même niveau.

Les traces sont très fragmentaires : un lambeau de sol, où des objets ont été abandonnés sur place (céramique, ossements d’animaux consommés…), et quelques trous de poteau comportant des restes de parois d’habitation en terre brûlée (torchis). Mais même ainsi, les vestiges d’habitat restent d’une grande importance car seuls deux autres habitats, moins bien conservés encore, étaient connus dans les Yvelines (datés de l’âge du Bronze final).

JPEG - 239.6 ko
Du mobilier dans le remplissage d’un trou de poteau : céramique, silex, os et torchis brûlé portant des empreintes de bois...
JPEG - 45.2 ko
Grands vases décorés d’impressions au doigt ou à l’ongle.

Le mobilier découvert est principalement composé de céramique (grands vases décorés d’impressions au doigt ou à l’ongle), ainsi que des pesons servant de poids pour le tissage. Quelques outils en silex furent aussi découverts.



À l’âge du Fer (800 à 52 avant J.-C.)…

Trois enclos entourant deux fermes et un probable habitat aristocratique ont été mis au jour. Ils ont été identifiés grâce au fossé qui ceint chacun d’entre eux.

▪ Entre 530 et 460 avant J.-C., au premier âge du Fer (période du Hallstatt final) : une ferme avec enclos.

JPEG - 104.2 ko
Plan de l’enclos trapézoïdal avec un fossé large de 1,20 m à 2,20 m.

C’est en suivant un fossé, identifié en plusieurs points du diagnostic, que les archéologues ont reconstitué la forme de l’enclos et découvert une interruption marquant l’entrée, dans l’un des 4 angles (nord). Cet enclos, de forme quadrangulaire, protège une surface de 4 150 m². Il servait certainement à clore une ferme dont les vestiges sont probablement à l’intérieur, mais n’ont pas été repérés par les tranchées de sondage.

Dans l’angle sud, à l’extérieur de l’enclos, un aménagement en dalles calcaires a été découvert, mais sa fonction reste inconnue.

JPEG - 617.1 ko
Fragments de céramique à décor peint du Hallstatt final.

Le mobilier est composé de céramique et d’os d’animaux. Les décors sont réalisés par impression du doigt ou, de façon plus exceptionnelle, par l’application d’une peinture contenant des pigments de couleur ocre.







▪ Entre 460 et 52 avant J.-C., au second âge du Fer (période de La Tène) : les Gaulois sont là !!

Deux enclos gaulois ont été identifiés, distants de seulement 160 m l’un de l’autre.

▪ Une résidence aristocratique ?

JPEG - 745.4 ko
Plan du fossé de La Tène.

Cet enclos, de forme irrégulière, est composé d’un fossé monumental et d’un probable rempart interne qui lui donnent un aspect très particulier et poussent les archéologues à l’interpréter comme le vestige d’une résidence aristocratique dont une très grande partie aurait disparu. Ici encore, les tranchées de diagnostic n’ont pas permis de repérer de bâtiment à l’intérieur.

JPEG - 115.9 ko
Fossé d’enclos et rempart de la possible résidence aristocratique : blocs de pierre d’un parement extérieur.

La terre extraite lors du creusement du fossé aurait servi à édifier un puissant rempart interne, associé à un parement extérieur constitué de gros blocs de pierres. L’ensemble reposait sur un radier en pierres d’un module moyen pour augmenter sa stabilité.

JPEG - 196.8 ko
Le large fossé d’enclos de la possible résidence aristocratique gauloise.

Grossièrement quadrangulaire, l’enclos présente des angles arrondis et couvre une vaste surface d’environ 7 500 m². Les dimensions du fossé sont impressionnantes : une largeur comprise entre 3,50 et 3,60 m et une profondeur comprise entre 2,20 et 2,40 m ! Du mobilier a été retrouvé dans son comblement.


▪ Une ferme, avec enclos, dépendante de la résidence aristocratique ?

JPEG - 149 ko
Plan de l’enclos rectangulaire de la ferme gauloise.
JPEG - 231.2 ko
Le fossé présente une largeur d’un minimum de 90 cm, pouvant atteindre les 3,50 m dans les angles.

À 160 m de la résidence aristocratique, se trouve le second enclos gaulois dont le mobilier suggère que les deux établissements aient pu être contemporains. Celui-ci présente une surface interne de 5 500 m² et aucune entrée n’a été identifiée. Au regard de sa proximité avec l’enclos aristocratique et de ses caractéristiques modestes, il pourrait s’agir d’une dépendance en lien avec les activités agricoles.







JPEG - 140.9 ko
Parmi les structures internes en bordure du fossé, ce grand trou de poteau se distingue (plus de 2 m de large).

Quelques structures ont été découvertes à l’intérieur de l’enclos (trous de poteau et fosses) qui témoignent d’aménagements en bois (habitation, granges ?) ; il est encore trop tôt pour le dire !

JPEG - 42.1 ko
Vases en céramique caractéristiques du second âge du Fer.

La céramique, bien conservée et abondante, a permis aux archéologues de dater précisément l’occupation et d’évaluer l’utilisation de cette ferme à deux ou trois générations !



À venir l’épisode 8 : les nouveaux sites... de l’époque romaine !

En image...

Peson en terre cuite servant de poids pour le tissage. Coupe du fossé, du premier âge du Fer, en forme de V et conservé sur 55 à 90 cm de profondeur. Dessin d'un fragment de céramique décorée par impression, du Hallstatt final. Radier en pierre du rempart.
Inscription newsletter
Recevez toute l'actualité du SADY

Sites internet favoris

"J’ai toujours rêvé d’être archéologue", l’expérience d’élèves de 5e de Bondy, dont le collège accueille en résidence Cyrille Le Forestier, archéologue de l’Inrap, pour une année scolaire. Une émission de 30 mn sur France Culture où les enfants s’expriment sur leurs découvertes et le métier d’archéologue. A écouter !

La liste complète des liens...