Accueil du site > Patrimoines > Les collections des Yvelines > Une plaque décorative gauloise (Meulan)

Une plaque décorative gauloise (Meulan)

Lors de la fouille d’un village gaulois daté du Ier siècle avant J.-C. ( La Tène ) à Meulan-en-Yvelines, sur l’Île-Belle, cet objet exceptionnel a été dégagé du remplissage d’un silo.

Il n’était au départ qu’un amas de fragments de tôle de fer, corrodés et illisibles. Seuls les radiographies et le lent travail de restauration ont permis de lui restituer son aspect d’origine.











JPEG - 307.5 ko
Plaque après son dégagement (avant restauration) et radiographiée.

Il s’agit d’une plaque rectangulaire ajourée de 14,5 x 10 cm, probablement travaillée par emboutissage (elle n’est pas forgée). Le motif représente un animal courant encadré de rinceaux et de volutes. Au dos, les vestiges de plusieurs rivets de fixation sont encore visibles.

Le thème de l’animal courant est un grand classique de l’art celtique, mais il est difficile d’identifier celui représenté ici. On peut y voir soit un chien, soit un cerf. L’hypothèse d’un cerf suppose de discerner une ramure dans la volute partant de la tête et un sabot dans l’extrémité de la patte avant. Ce cerf parait un peu "court sur pattes", mais doit-on chercher un respect scrupuleux des canons anatomiques ?

Sans cette ramure, le profil obtenu oriente sans ambiguïtés vers un chien (ou un loup) avec des proportions beaucoup plus vraisemblables. Ce sont, de toutes façons, deux animaux privilégiés du bestiaire celtique parfois associés, comme pour le cerf, aux légendes et au panthéon celte.

JPEG - 223.3 ko
Le "chaudron de Gundestrup" : gros plan sur le dieu Cernunnos avec sa ramure.

Le cerf se retrouve sur des céramiques et quelques monnaies ainsi que sur le célèbre chaudron d’argent de Gundestrup (Danemark) qui accompagne une divinité portant une ramure, identifiée au dieu Cernunnos. Il est assimilé à la fécondité, au renouveau et à la longévité (chaque année sa ramure repousse).

JPEG - 112.2 ko
Revers d’une monnaie du peuple Carnute représentant une louve, découverte à Richebourg.

Quant aux chiens ou loups, ils sont représentés sur certaines monnaies, parfois en compagnie de sangliers ou de chevaux. Le chien est utilisé pour la chasse et les combats et pourrait symboliser un messager vers l’au-delà. Il tient donc une place importante dans la société celte.





Nature et fonction ?

Les objets de comparaison sont rares pour ce type de plaque dont la seule certitude reste sa fonction d’applique décorative compte tenu des rivets. Mais, appliquée sur quoi ?

Une riche sépulture du site de Goeblingen Nospelt au Luxembourg, datée de 30 à 10 avant J.-C., a livré deux seaux en bois dont les trépieds sont ornés à leur base de plaques en bronze doré rivetées, de mêmes dimensions que celle de Meulan, portant des motifs de volutes ou d’ ocelles. Mais elle pouvait tout aussi bien orner une cuirasse, un bouclier ou un coffret en bois. De telles plaques existent, par exemple, sur des statues de guerriers (site de Brumath, Bas-Rhin) ou encore sur un buste portant une cuirasse ornée d’une plaque sur la poitrine (site de Grézan, Gard).

Pour terminer, rien n’interdit non plus d’y voir la version gauloise du cave canem latin ("attention au chien"), plaque fixée sur la porte et destinée à mettre en garde le passant...

- Bibliographie Âge des métaux

En image...

Vue de la zone de fouille où la plaque a été découverte (grand creusement à gauche).
Inscription newsletter
Recevez toute l'actualité du SADY

Sites internet favoris

"J’ai toujours rêvé d’être archéologue", l’expérience d’élèves de 5e de Bondy, dont le collège accueille en résidence Cyrille Le Forestier, archéologue de l’Inrap, pour une année scolaire. Une émission de 30 mn sur France Culture où les enfants s’expriment sur leurs découvertes et le métier d’archéologue. A écouter !

La liste complète des liens...