Accueil du site > Patrimoines > Les collections des Yvelines > Une coupe en verre à la table des seigneurs de Chevreuse

Une coupe en verre à la table des seigneurs de Chevreuse

Le château de La Madeleine à Chevreuse est un site majeur pour l’étude du verre à la fin du Moyen Âge. Les nombreux fragments retrouvés, durant les campagnes de sondages archéologiques des années 80 et 90, se sont relativement bien conservés et présentent une grande variété de formes : flacons, lampes, urinaux, gobelets, coupes, lissoirs et même salière. Cette verrerie, qui montre beaucoup d’analogies avec les découvertes médiévales de la ville de Saint-Denis, est très homogène. La majorité des fragments de verre provient de deux fosses profondes ayant servis de dépotoirs, situées au milieu de la haute-cour et au sud-ouest du donjon, où a été retrouvée cette coupe.

JPEG - 239 ko
Ensemble de verreries du XIVe siècle découvert au château de La Madeleine à Chevreuse.

Parmi les récipients identifiés à Chevreuse, les coupes sont assez nombreuses ; elles étaient fréquemment utilisées dans les seigneuries à la fin du XIIIe siècle et tout au long du XIVe siècle. Il en existe, à cette période, dans la plupart des régions de France.


JPEG - 202.6 ko
Dessin des coupes "à tiges" du château de Chevreuse (H. Cabart). Le numéro 10067.7 est celui présenté ici.

Avec sa hauteur de 21 cm, la coupe “à tige” du château de La Madeleine est le plus haut récipient de ce type connu. Son style et sa taille particulièrement élancée permettent de situer sa fabrication dans la deuxième moitié du XIVe siècle.

Une partie des verreries du château pourrait avoir été fabriquée à proximité de Chevreuse. En effet, le recueil des comptes de Charles VI, pour l’année 1383, mentionne sa visite à des verriers près de la forêt de Chevreuse : “Maistre Johan de Montagu, secrettaire, pour don par lui fait aux voirriers près de la forest de Chevreuze, où le Roy estoit alez veoir faire les voirres” (Comptes de l’Hôtel des rois de France aux XIVe et XVe siècles, L. Douët-d’Arcq, Paris, 1865). Aucune découverte archéologique ne permet, pour l’instant, de confirmer cette hypothèse.






Technique de fabrication

Au Moyen Âge, deux méthodes sont utilisées pour façonner ces coupes : avec la tige creuse ou bien pleine. Celle présentée ici appartient à cette seconde catégorie. Le verre, de couleur verdâtre, est tout d’abord soufflé en trois éléments distincts, un pour la coupe, un pour la tige et le dernier pour le pied.
- La coupe, mise en forme dans un moule, est décorée de 9 côtes accolées, très saillantes près du centre puis s’aplatissant vers le bord.
- La tige, assez irrégulière, semble avoir été façonnée par étirement d’un morceau de verre soudé à la base de la coupe. On observe aussi, à mi-hauteur, un cordon ajouté qui sert à une meilleure préhension.
- Le pied est soufflé en forme de cône s’évasant en un disque plat. La marque de détachement du pontil peut encore se distinguer en-dessous.

Une restauration délicate

JPEG - 508 ko
La coupe avant restauration.

Les interventions de restauration qui ont été pratiquées après la découverte ont consisté, dans un premier temps, à nettoyer à l’eau la vingtaine de fragments retrouvés. Les recherches d’assemblage ont alors débuté pour mener au délicat collage. La forme obtenue était, d’une part, lacunaire – ce qui empêche de restituer correctement la forme et le volume – ; d’autre part, fragile. Le comblement des manques, à l’aide d’une résine polyester, a donc permis d’améliorer la solidité mécanique de l’objet tout en permettant d’apprécier sa forme et son volume originels. La couleur a été choisie de façon à dissimuler les parties restituées sans les rendre invisibles.



Les coupes à tiges pleines, étant épaisses, se sont bien conservées sur de nombreux sites archéologiques comme à Saint-Denis, Le Mans (dont un des exemplaires s’apparente au modèle de Chevreuse à 1 cm près), ou Toulouse. Le plus souvent, ce sont les fragments de tiges qui sont conservés, comme sur le site de la cour Napoléon au Louvre (Paris).  Ces verres élégants ne sont pas réservés aux tables françaises. Des modèles similaires ont été trouvés à Tournai en Belgique ou à Trèves en Allemagne, jusqu’en Angleterre et aux Pays-Bas. Leur présence en nombre au château de Chevreuse permet de penser que la seigneurie était assez florissante au XIVe siècle. Cette vaisselle de prestige ornait peut-être les tables de banquet de Jeanne de Chevreuse, dernier membre de la famille à porter ce nom à cette époque (décédée en 1343) ou bien celles de Pierre, dit "de Chevreuse", qui en devient le propriétaire en 1366…

Découvrez cette coupe sous toutes ses formes : à 360 °

Pour visualiser correctement cette animation, votre poste doit être équipé de l’application QuickTime 7 (à télécharger gratuitement).

QuickTime - 2.1 Mo
Verre à tige du château de Chevreuse.

En image...

Plan du château de La Madeleine dans son état du XIVe siècle. Verre en cours de collage.
Inscription newsletter
Recevez toute l'actualité du SADY

Sites internet favoris

"J’ai toujours rêvé d’être archéologue", l’expérience d’élèves de 5e de Bondy, dont le collège accueille en résidence Cyrille Le Forestier, archéologue de l’Inrap, pour une année scolaire. Une émission de 30 mn sur France Culture où les enfants s’expriment sur leurs découvertes et le métier d’archéologue. A écouter !

La liste complète des liens...