Accueil du site > Patrimoines > Chronique des découvertes > Un diagnostic archéologique dans l’église Saint-Rémi de Marcq

Un diagnostic archéologique dans l’église Saint-Rémi de Marcq

Une histoire médiévale redécouverte

Un programme de travaux pour la confortation de l’édifice très instable, lancé par la mairie, a déclenché la prescription d’un diagnostic archéologique.
En effet, l’église a été construite sur une plate-forme artificielle, installée sur le versant nord d’une butte sableuse, une des causes probables des désordres architecturaux affectant le mur gouttereau nord et le chevet .
Le diagnostic puis la surveillance des travaux de restauration ont été menés par le SADY d’avril à juin, puis d’août à septembre 2011.

JPEG - 234.8 ko
Église Saint-Rémi vue depuis le cimetière à l’ouest.

La documentation archéologique sur le secteur se bornait, jusque-là, à quelques informations recueillies par un instituteur au cours de travaux menés à la fin du XIXe siècle. Celui-ci signalait, à 80 m au nord-est, une nécropole du premier Moyen Âge (ou haut Moyen Âge) et évoquait quelques objets exhumés lors d’un chantier de restauration dans la nef .








Une approche adaptée à l’étude des édifices

JPEG - 320.6 ko
Chœur de l’église, vu depuis le collatéral nord : baies caractéristiques du milieu du XVIe s.

L’étude archéologique préventive de l’église de Marcq s’est déroulée en deux étapes successives, avec d’abord une étude préliminaire de l’architecture du bâtiment, combinée à une recherche en archives. De premières hypothèses ont ainsi été établies sur les différentes phases de construction du monument. Par exemple, les baies du chevet de Saint-Rémi sont similaires à celles d’édifices datés des années 1540-1560, comme à Vétheuil, Nucourt, Pontoise ainsi qu’au château et à l’église d’Écouen (Val-d’Oise).

Par ailleurs, un érudit, féru d’archéologie, A. De Dion (1823-1909) a décrit dans ses notes le vitrail du chœur – aujourd’hui disparu – sur lequel la date de 1550 était écrite (cf. Archives départementales des Yvelines). Le recoupement de ces informations a alors suggéré une datation du milieu du XVIe siècle pour la construction du chevet actuel.


Toutefois, cette démarche préliminaire n’a pas toujours été aussi efficace, car les détails architecturaux internes trahissent une succession de travaux pour laquelle l’évolution chronologique n’a pu être déterminée. L’exemple de la construction du collatéral nord est caractéristique de cette situation. Plusieurs datations avaient été avancées quant à sa construction durant le Moyen Âge, mais aucun argument fiable ne pouvait être proposé par l’étude stylistique ; l’aspect des colonnes et des voûtes ayant été modifié à plusieurs reprises.

JPEG - 412.8 ko
Sondage le long du mur nord du chœur .

L’opération de terrain préalable aux travaux de restauration a constitué la seconde et principale étape. Des sondages ont été ouverts aux endroits où des éléments de béton devaient venir renforcer les murs. Les fouilles ont donc eu lieu à la base des colonnes du mur gouttereau nord et tout le long de l’intérieur du chœur . Malgré la petite superficie concernée (36 m²), des découvertes inédites ont été faites. En comparant ces résultats aux questions soulevées lors de l’étude préliminaire, il est possible d’établir une nouvelle histoire de l’église Saint-Rémi de Marcq.

Petite histoire médiévale de l’édifice religieux

JPEG - 544 ko
Entrée avec arc brisé et oculus bouchés, visibles dans la façade est.

L’édifice trouve vraisemblablement son origine avant le début du XIIe siècle. Une première mention apparaît en effet dans une donation de l’église par le seigneur Goisfred de Marcq au prieuré de Saint-Évroult dans les années 1105.
Les plus anciennes maçonneries subsistantes se résument au mur gouttereau sud, à un contrefort dissimulé dans un des murs de la tour datée du XVIIIe siècle et à une section de la façade occidentale. On y distingue encore une entrée en arc brisé ainsi qu’un oculus .








JPEG - 238.2 ko
Monnaies du XVe s.
JPEG - 278.5 ko
Vitraux à décors de grisaille* (XIIIe et XIVe s.) rejetés dans des remblais de travaux du XVIe s (de g. à d. et de haut en bas : palmette rehaussée de jaune d’argent, chevelure sur verre translucide, arcades sur verre de couleur verte et quadrillage "cage à mouches" sur verre de couleur bleue).

Mais à l’issue du diagnostic, ce sont plusieurs phases de construction de l’édifice qui peuvent être détaillées en s’appuyant sur des arguments architecturaux et stratigraphiques, corrélés à la datation du mobilier (céramiques, vitraux, monnaies).
À ce sujet, la découverte d’une matrice de signet en bronze est suffisamment rare pour être signalée (cf. l’encadré en fin d’article).






Ainsi, au moins cinq phases architecturales, échelonnées des XIIe-XIVe siècles au XVIe siècle, ont été décelées. Elles permettent de mieux comprendre l’évolution du plan de l’église, et particulièrement de son chevet .

JPEG - 585.2 ko
Phasage hypothétique de l’église Saint-Rémi de Marcq.

Phase 1 : un premier chevet, de forme indéterminée, terminant la nef de quatre travées a été complètement détruit par la construction du collatéral nord au XVe siècle (phase 2), puis par l’ajout, non daté, d’une travée supplémentaire en direction de l’est (phase 3).
Phase 4 : au début du XVIe siècle, un nouveau chevet à pans coupés a été bâti et rapidement remplacé, dans les années 1550, par le chevet à cinq pans encore visible aujourd’hui (phase 5).

On constate, en outre, que les évolutions du bâti aux XVe et XVIe siècles coïncident avec le rythme des changements des propriétaires de la seigneurie de Marcq, parmi lesquels, Raoul Moreau, intendant des finances d’Henri II. Grand bâtisseur, celui-ci s’approprie notamment la région de Thoiry dans le courant du milieu du XVIe siècle (cf. www.archives.yvelines.fr).



Un lieu d’inhumation dès le Moyen Âge

JPEG - 164.2 ko
Localisation des espaces d’inhumation médiévaux et moderne.

Les sondages archéologiques ont aussi permis de découvrir, de part et d’autre du mur gouttereau nord et le long de la façade interne du chevet, des sépultures en place et d’évaluer l’étendue des espaces funéraires.

JPEG - 497.1 ko
Individu inhumé avant le XVe s. en partie perturbé par la construction du collatéral .

L’étude anthropologique a permis de dénombrer 61 individus, qui se répartissent de la façon suivante :

- 26 individus correspondent à des sépultures en position primaire (tels qu’ils ont été inhumés). On compte 15 adultes, 4 immatures et 3 périnataux ;

- un minimum de 35 individus correspondant à des ossements retrouvés dans des remblais, parmi lesquels ont été identifiés 21 adultes, 8 immatures et 5 périnataux .

JPEG - 522.6 ko
Fouille à l’aspirateur de remblais funéraires.

Du point de vue chronologique, trois à quatre sépultures appartiennent au cimetière paroissial, situé à l’extérieur de l’église, contemporain du premier état de l’édifice. Il trouve ses origines, au plus tard, au XIIe siècle. Une deuxième phase d’inhumation correspond aux enfouissements à l’intérieur de l’édifice, postérieurs à l’extension du collatéral . Elle démarre dans le courant du XVe siècle et pourrait perdurer jusqu’au XVIIIe siècle. Pour cette phase, le dépôt en pleine terre d’individus allongés sur le dos, les membres en extension, enveloppés dans un linceul et descendus dans la fosse sépulcrale sur un support en bois (cercueil ?), semble avoir constitué le modèle dominant, quelle que soit la classe d’âge.

Concernant le recrutement du cimetière, on constate la présence d’individus issus de plusieurs classes d’âge et des deux sexes. Les inhumations mises au jour dans les sondages donnent l’impression d’une densité élevée. Cependant, la faible surface fouillée à l’échelle du site ne permet aucune affirmation.

La nécropole du premier Moyen Âge, mentionnée au XIXe siècle à quelques dizaines de mètres de l’église, n’a pas été observée lors du diagnostic. Il existe probablement un écart chronologique ou spatial entre ces deux espaces funéraires.

Un objet singulier
JPEG - 216 ko
Matrice de signet représentant un cochon ou un sanglier.

Cette matrice, en alliage cuivreux et de forme circulaire (16 mm de diamètre), est surmontée d’un appendice conique terminé par un anneau quadrilobé. Un repère extérieur constitué d’un trait gravé permettait à son utilisateur de tenir la matrice dans le bon sens au moment du scellement. Au centre, délimité par un double cordon, est figuré un cochon ou un sanglier "passant" (en marche) surmonté d’une légende, peu lisible : C . A I V S.

La forme de l’objet ainsi que celle du lettrage permettent vraisemblablement de le rattacher au XVe siècle. Sa petite dimension et sa légende peu compréhensible permettent d’interpréter cette matrice comme celle d’un signet plutôt que d’un véritable sceau personnel (cf. article sur une matrice de sceau découverte à Chevreuse). Il s’agit d’une trouvaille intéressante en matière de sigillographie , car la découverte d’une matrice en contexte de fouille est particulièrement rare.

En image...

Clé pendante caractéristique du début du XVIe s.
Inscription newsletter
Recevez toute l'actualité du SADY

Sites internet favoris

"J’ai toujours rêvé d’être archéologue", l’expérience d’élèves de 5e de Bondy, dont le collège accueille en résidence Cyrille Le Forestier, archéologue de l’Inrap, pour une année scolaire. Une émission de 30 mn sur France Culture où les enfants s’expriment sur leurs découvertes et le métier d’archéologue. A écouter !

La liste complète des liens...