Accueil du site > Patrimoines > Programmes de recherche en cours > Un nouveau programme de recherche sur le Néolithique

Un nouveau programme de recherche sur le Néolithique

Les départements des Yvelines et du Val-d’Oise ont régulièrement été l’objet de recherches sur le Néolithique depuis le milieu du XXe siècle (Mme Basse de Ménorval en 1953 et M. Lardy en 1975). À la fin des années 1990, des recherches collectives ont été initiées par M. F. Giligny (Université de Paris I) sur un secteur restreint au nord des Yvelines. Elles visaient à caractériser les processus de néolithisation et les stratégies d’acquisition / exploitation des matières premières à partir du Néolithique moyen. En 2007, un élargissement géographique de la zone d’étude au Bassin de la Seine de Paris à Vernon fut réalisé. L’occupation du territoire au Néolithique ancien et moyen est apparue structurée autour de sites producteurs, tant dans les Yvelines que dans le Val-d’Oise. Mais, d’autres périodes, telles le Néolithique récent et final, sont restées à l’écart des synthèses.

JPEG - 366.5 ko
De part et d’autre de la Seine, la zone d’étude de ce PCR sur le Néolithique et sites et indices de site datés du milieu du IVe millénaire jusqu’au début du IIe millénaire (Jaulneau et Pariat, 2012).

Ainsi, un nouveau projet collectif portant sur ces périodes, chronologiquement calées du milieu du quatrième millénaire au début du deuxième millénaire, a donc été déposé et accepté à l’hiver 2011, par Mme C. Jaulneau (SADY) et M. J.-G. Pariat (Service départemental d’archéologie du Val-d’Oise).

En fédérant tous les acteurs de l’archéologie (Collectivités territoriales, CNRS, Université, Inrap, sociétés privées et milieu associatif) sur une zone restreinte au nord des Yvelines et au Vexin français, il se propose de dresser dans un premier temps un bilan exhaustif des sites découverts afin d’en caractériser l’occupation. En effet, si l’essor de l’archéologie préventive a favorisé la découverte d’occupations du Néolithique, dans le même temps la diversification des intervenants a rendu plus complexe la réalisation de synthèses.

JPEG - 80.9 ko
Plan et coupe d’un des monuments funéraires étudiés dans le cadre du PCR (Le Trou-aux-Anglais à Aubergenville/Epône, d’après Peek, 1975).

Dans un second temps, il s’agira d’essayer de cerner l’évolution des occupations au cours du Néolithique récent et final par une caractérisation de l’habitat, des pratiques funéraires et des lieux d’activité spécialisée en s’appuyant sur les avancées récentes de la recherche néolithique (Salanova et al. 2011).

Enfin, dans un troisième temps, c’est le rôle de la Seine lui-même qui sera au cœur des préoccupations. Le fleuve doit-il être considéré comme une frontière naturelle de part et d’autre de laquelle les pratiques évoluent de façon autonome ? Ce travail devrait permettre de comprendre comment la Seine a participé à la structuration du territoire il y a près de 5 500 ans.

À l’heure actuelle, ce PCR avance grâce à la participation d’une vingtaine de chercheurs. Deux rapports ont d’ores et déjà été déposés au Service régional de l’Archéologie (DRAC) en 2012 et 2013 (consultables au SADY).

Inscription newsletter
Recevez toute l'actualité du SADY

Sites internet favoris

"J’ai toujours rêvé d’être archéologue", l’expérience d’élèves de 5e de Bondy, dont le collège accueille en résidence Cyrille Le Forestier, archéologue de l’Inrap, pour une année scolaire. Une émission de 30 mn sur France Culture où les enfants s’expriment sur leurs découvertes et le métier d’archéologue. A écouter !

La liste complète des liens...