Accueil du site > Patrimoines > Chronique des découvertes > Episode 2 : d’un projet d’aménagement du territoire et d’un département riche (...)

Episode 2 : d’un projet d’aménagement du territoire et d’un département riche en vestiges naît ...

... un chantier archéologique de grande ampleur

L’archéologie préventive pour concilier passé et avenir

L’archéologie préventive (loi du 17 janvier 2001) permet la sauvegarde des vestiges et des informations que recèlent le sous-sol avant les travaux d’aménagement du territoire (environ 700 km² par an). Certaines emprises considérées à « risques archéologiques » sont sondées pour détecter la présence d’occupations anciennes (le diagnostic) et permettre leur fouille avant destruction (la fouille préventive).

Un diagnostic archéologique tel que celui réalisé à Flins-sur-Seine/les Mureaux par l’équipe du SADY en est un bon exemple…

D’OCTOBRE 2008 A AVRIL 2009 :
La mise en place du diagnostic archéologique de Flins-sur-Seine/ Les Mureaux

La prescription de l’Etat : une étape administrative obligatoire

JPEG - 254 ko
Des tranchées sont ouvertes pour sonder le sous-sol : en voici une, vue du sol …
JPEG - 210.1 ko
… Et tant d’autres, vues du ciel : une petite partie des tranchées de sondages réalisées à Flins/Les Mureaux.

L’Etat (le Préfet de région) est le seul à pouvoir décider de la mise en œuvre de l’archéologie préventive sur un projet d’aménagement. A partir de la localisation précise du projet et de la carte archéologique nationale, il évalue le risque archéologique et prend les dispositions nécessaires pour réaliser les opérations d’archéologie préventive avant le démarrage des travaux de construction. Le Conseil général des Yvelines a donc soumis son projet au Service régional de l’archéologie (SRA) de la Direction régional des affaires culturelles (DRAC) pour avis.




Parce que l’environnement archéologique est très riche dans cette partie des Yvelines, le Préfet de région a prescrit la réalisation d’un diagnostic …
Parce que le Conseil général des Yvelines dispose d’un service archéologique agréé (livre V du code du patrimoine), le SADY a pu réaliser cette intervention.


Affiner les risques archéologiques pour mieux organiser le diagnostic…

JPEG - 280.2 ko
La carte des Yvelines riche de plus de 3500 sites inventoriés par le SADY ces 30 dernières années.
JPEG - 51.8 ko
Des archéologues avancent pas à pas et repèrent le mobilier archéologique remonté par des labours.

De nombreux sites étaient déjà connus dans le secteur de l’emprise grâce à l’inventaire archéologique départemental et laissaient présager un très fort potentiel de découvertes. Cependant, sur les terrains concernés par le projet, seul un site était recensé (une grange médiévale). Malgré les prospections aériennes menées ces dernières années par le SADY, le secteur semblait vierge d’autres occupations humaines anciennes.

JPEG - 292 ko
Un premier indice ! La découverte d’un outil néolithique qui servait à moudre les céréales : c’est une meule et son broyeur.

Pour définir un peu plus le risque archéologique des terrains concernés par le projet, le SADY a donc réalisé une prospection pédestre sur ces derniers et tenté de collecter du mobilier archéologique en surface. Peu de vestiges ont alors été découverts. Parmi ceux-ci, remontés par les labours, un élément permettait toutefois d’espérer la présence d’un site daté de la période du Néolithique (- 5000 à -2 200) : il s’agissait d’une meule en grès et d’une molette (broyeur) typique de cette période.

L’enquête fut ensuite élargie aux abords immédiats du futur projet pour affiner au maximum le potentiel archéologique des lieux et finaliser l’organisation du diagnostic…

Malgré le peu d’informations recueilli sur les terrains du projet, il existe de très nombreux sites aux alentours immédiats …
… Toutes les conditions sont réunies pour de fabuleuses découvertes !

JPEG - 152.9 ko
Carte des sites archéologiques connus en 2008 dans un rayon de 3 km autour de l’emprise du diagnostic (inventaire archéologique départemental, SADY 2010).

Dans un rayon de 3 km autour de l’emprise, le SADY a recensé plus de 200 sites archéologiques principalement localisés sur les communes des Mureaux et d’Epône !



Ces sites s’échelonnent des temps les plus anciens de la Préhistoire jusqu’aux époques modernes.


Dans le prochain épisode : comment organiser une telle opération ?

En image...

Une sépulture collective mégalithique pour enterrer les morts à la fin du Néolithique, - 3200 à -2200 av. J.-C. (Epône, La Justice). Depuis un avion, on découvre une minière à silex qui date du Néolithique (-4200 à -2200) av. J.-C.) ! Chaque tâche ronde correspond à un puits de mine : il y en a des centaines ! Après avoir fouillé le port antique des Mureaux (IIe s. ap. J.-C.) et étudié tous les vestiges, l'archéologue en a dessiné une reconstitution. 9a. Grâce aux précisions apportées par les archéologues, une maquette du village des Mureaux daté du Haut Moyen Âge (VIIe s. ap. J.-C.) a été réalisée.
Inscription newsletter
Recevez toute l'actualité du SADY

Sites internet favoris

"J’ai toujours rêvé d’être archéologue", l’expérience d’élèves de 5e de Bondy, dont le collège accueille en résidence Cyrille Le Forestier, archéologue de l’Inrap, pour une année scolaire. Une émission de 30 mn sur France Culture où les enfants s’expriment sur leurs découvertes et le métier d’archéologue. A écouter !

La liste complète des liens...